Welcome in the middle of nowhere

For all the wandering hobbits of the middle earth…

Month: August 2019

Les Furtifs – Alain Damasio – 2019

Note: french version is below.

It is the first time I read the author, et I liked his style a lot, his numerous wordplays, the beauty of the text. The story of the Furtifs (Stealth) is very original and well thought out, it is thrilling, inspiring, and touching.

There is one thing that bothered me though; the political message.

It is screamed out, violently, all through the book. In a hateful, negatif way, totally irrational way. Alain Damasio is fighting Evil, called interchangeably money, capital, capitalism, liberalism. For him, all these words are synonymous, they represent absolute evil. But the thing is, they are not synonymous. Capitalism is not liberalism which is not the dystopia described here, a neo-feudal society, mix of big business and the State, a crony capitalism that has little to do with classical liberalism. Damasio’s understanding of economy can be sum up by: commerce is predation, private property is theft and wealth is “economic brutality”. Win-win exchange, positive sum game, that doesn’t exist in his world. You get rich only when someone else get poorer. Here Alain Damasio is a perfect product of the huge echo chamber that the french speaking media world is. And yet, it is true that there are problems to solve. That an elite of wealthy people and business use political power to keep or increase their privileges at the expense of the people. That the financial system is a mad vampire. That the idea Damasio suggests, extreme decentralisation of power in myriad of small “communes”, myriad of (competing?) models to try out, is very challenging and interesting. But all that is hidden under a mass of hate, jealousy which weight on the story and prevents any rational thinking. And also darken the poesy of the text.

Furthermore, I have to react to the other themes of the book. To start with, the demonization of technology.

His intuition is that technology dehumanizes and “devitalizes” us. Here the author is very conservative: the idea of human and machine blending, the idea of technological enhancement is out of the question: human beings are perfect as they are, let’s not change anything. Yes we have, right here and now, everything we need to be happy. But life is impermanence. No species is frozen in time, and for Homo Sapiens, technology is part of our evolution. Technology is the daughter of biology. An eye or legs are machines “invented” by Nature. A silex or a smartphone are organs evolved by humans. A car, a washing machine, a computer, they are just organs created to enhance us. Crude, imperfect, but less so with time. More integrated in us, more efficient, less polluting.

Damasio is quite vocal on technology in other public appearances. For him, technologie today gives us more power (what we can delegate) but shrinks our potency (what we can do ourselves). He often takes the example of GPS, which reduces our brain’s ability to move in space. But in fact that’s not true. Our ability to move in space hasn’t shrunk, it changed form. GPS is, for now, badly integrated in us, so badly so that we don’t feel its abilities as ours. But that’s an artificial distinction. Do you know how to walk? No. You learned it one day, how to balance yourself on 2 legs, but you forgot how to do it consciously a long time ago. There is a circuit in your brain that knows how to walk. If it is damaged (localized brain damaged), you won’t walk. True, there’s more chance for you to lose your GPS or that it stops working. But that not a fundamental difference. GPS abilities are as yours as the speech center in your brain. The writer recognizes it also, since he calls these smart sensors and trackers as a “second skin”. Yes, these are our new organs. Do we need them to be happy? No. So does they make us less happy? No. We can make use of our judgement with technology. Purposefully filter all the ads, messages and notifications we receive from machine. Keep mindful of the way we perceive the world (for example, not letting algorithms curate our news feed). Since the birth of agriculture, we kept modifying our environment, ever faster, much too fast for our genes to follow. Our evolution mode changed, it is no longer only genetic, but also cultural and technological. But we never ceased evolving. Luckily. Life is change.

And to finish, the symbolism of the Furtif. The Furtif represents the ideal we should aim at for the author. It is a being in perpetual metamorphosis, a synthesis of vegetal, animal, mineral,… and totally anonymous, escaping any tracking. Anonymity as an ideal of society. Individualism taken to the extreme, where society has no control over the individual, who is totally free and can disappear forever in the darkness of anonymity. The anonymity of the Furtifs is opposed in the book to the dystopia of a panoptic society in which all humans are endlessly watched by myriad of trackers and sensors (it is not clear if elites are also watched). It is another theme of predilection of Damasion; the idea that technology makes easier horizontal control between humans thanks to surveillance, and that it is a bad thing. And this is quite surprising from him. Indeed, anonymity allows all sort of anti/a-social behaviors to flourish. It allows the rich to hide their gain and avoid taxes. It allows elites to conspire against the people. And even in the “utopia” he describes, anonymity is the enemy: In the isle of Javeau-Doux for example, comrades that do not do their part are expelled. This is a good old social control, and it works only as long as what you do can be seen by others. Transparency is a bad thing only when it flows one-way. When light shines only on the people and elites stay in the dark. However the remedy is not complete darkness, but pervasive light. Light on everyone’s bank accounts. Lights on the chambers where laws are written. Lights on the meeting between businessmen and politician. Etc… A community exists only by the ties between its members, and those links only exist by a mutual understanding, a mutual control, a mutual trust born in the light.

To conclude, it is a thrilling adventure and a good anticipation, but it is darken by the ideological aprioris of the author. It is entirely possible that in fact, my own aprioris are spoiling this read. And maybe, probably even, this violence was a way to push the reader out of his numbness, a reader who often comes from the same ideological mold as the author, and thus will more easily resonate with his rage. But whatever the reason, this negativity spoiled my read.


And the french translation


Je découvre l’auteur, et j’ai bien aimé son style, ses jeux de mots incessants, la beauté de ses textes, il joue a fond son rôle d’écrivain. L’histoire des furtifs est très originale et très bien vue, et elle nous tient en haleine (presque) jusqu’à la fin, elle est émouvante, inspirante parfois.

Il y a une chose qui m’a gêné dans ce livre, c’est le message politique.

Il est crié, violemment, tout au long du bouquin. De façon caricaturale, de façon enragée, haineuse, bref assez négative et pas du tout rationnelle. Alain Damasio se bat contre le Mal, qu’il nomme interchangeablement l’argent, le capital, la capitalisme, le libéralisme. Pour lui tous ces mots sont synonymes, ils représentent le mal absolu. Mais synonymes, il ne le sont pas. Le capitalisme n’est pas le libéralisme qui n’est pas la dystopie qu’il décrit, qui est un modèle néo-féodale, une alliance de big business et du pouvoir politique, du capitalisme de connivence, qui n’a rien que peu à voir avec la philosophie libérale. Sa compréhension de l’économie se résume à considérer le commerce comme la prédation, la propriété comme le vol et le luxe comme de la “brutalité économique”. Les échanges gagnant-gagnant, les jeux à somme positive, ça n’existe pas, tu ne t’enrichis que parce qu’un autre s’appauvrit. Bref, en cela, Alain Damasio est parfaitement représentatif de la chambre à écho qu’est le monde médiatique francophone.  Et pourtant oui il y a des problèmes à régler, oui il y a une clique de riches et d’entreprises qui utilisent le pouvoir pour conserver et augmenter leurs privilèges au dépens du peuple. Le système financier est un vampire fou. Et oui l’idée que Damasio propose, la décentralisation extrême en millions de petites “communes”, de modèles à expérimenter en parallèle (en competition?) est très intéressante. Mais tout cela est noyé sous une couche de haine, de jalousie rageuse qui plombe la lecture et empêche tout réflexion. Et qui assombrit du même coup la poésie du texte.

Par ailleurs, je ne peux m’empêcher de réagir aux autres thèmes centraux du livre: Pour commencer, la diabolisation de la technologie.

Son intuition est que la technologie nous déshumanise et “dévitalise”.Sur ce point, l’auteur est finalement très conservateur: l’idée d’une fusion homme-machine, l’idée d’une “augmentation” par la machine est mal, l’être humain est parfait comme il est, il n’a pas besoin de changer, ne touchons a rien. Oui nous avons tout ce qu’il nous faut pour être heureux. Mais la vie est impermanence. Aucune espèce n’est figée, et pour l’homo sapiens, la technologie fait partie de notre evolution. La technologie comme continuité de la biologie. Un oeil ou des jambes, c’est des machine “inventée” par la nature. Un silex ou un smartphone , c’est un organe créé par l’Homme. Une voiture, une machine a laver, un ordinateur, tout ça ce ne sont que des organes qu’on se crée pour nous augmenter. Encore très grossier, très imparfait, mais de moins en moins. De plus en plus intégrées en nous, de plus en plus efficaces et moins polluants. La technologie est née avec l’Homme, avec le premier silex. En cela elle est tout autant naturelle que la biologie.

Cette présentation de la technologie dans ce livre renvoie à ses prises de position publiques sur le sujet: pour lui, la technologie aujourd’hui nous donne plus de pouvoir (la possibilité de faire faire) mais réduit notre puissance (la possibilité de faire). Il aime à prendre l’exemple du GPS, qui réduit la capacité de notre cerveau à s’orienter sur une carte et dans l’espace. Oui, mais non. Notre capacité à nous orienter n’a pas ete reduite, elle a change d'”organes”. Le GPS est suffisamment, pour le moment, mal et peu intégré en nous que nous ne percevons pas ses capacités comme faisant partie intégrante de nous. Mais c’est une distinction artificielle. Est-ce que vous savez comment marcher? Non. Vous avez un jour appris à marcher, a balancer votre corps sur deux jambes sans tomber, mais vous ne savez pas consciemment comment vous faites. Il y a un circuit de votre cerveau qui sait le faire. Si ce circuit grille (un dommage localisé dans votre cerveau), vous ne marcherez plus. Il y a surement plus de chances que votre GPS tombe en panne, que vous le perdiez,… mais ca reste une difference de degre, pas de nature. D’ailleurs l’auteur le reconnaît implicitement en parlant de “seconde peau” pour ces capteurs et traqueurs intelligents. Oui ce sont de nouveau organes pour nous. Est-ce qu’on en a besoin pour être heureux? Non. Est-ce que ca nous rend plus malheureux pour autant? Non plus. Cela n’empêche pas de faire usage de discernement. De filtrer intelligemment les sollicitations de la technologie, les publicites, les messages et autres notifications. En restant attentif à la façon dont nous percevons le monde (en clair, en ne laissant pas des algorithmes choisir pour nous les informations qu’on reçoit du monde). Depuis l’avènement de l’agriculture, nous n’avons cessé de modifier l’environnement dans lequel nous vivons, de plus en plus rapidement, bien trop vite pour que nos gènes suivent. Notre mode d’evolution a changé, il n’est pas seulement génétique mais également culturel et technologique. Mais d’evoluer, nous n’avons jamais cesser. Heureusement. Le vivant est changement.

Pour finir, le symbolisme du furtif. Le Furtif représente l’idéal vers lequel nous devrions tendre selon l’écrivain. Un être en perpétuelle métamorphose, synthese du vegetal, de l’animal, du mineral,… et completement anonyme, echappant a tout traquage. L’anonymat comme ideal de societe. Un individualisme poussé a l’extreme, chaque individu pouvant échapper totalement au contrôle de la société, libre de tout, libre de se retrancher dans les pénombres de l’anonymat a jamais.  Un anonymat des furtifs mis en opposition dans ce livre avec la dystopie d’une société panoptique, dans laquelle chaque humain est sans cesse observé par des milliers de capteurs et autres traqueurs (il n’est pas clair à quel point le pouvoir échappe à cette surveillance). C’est un autre thème privilégié de Damasio, l’idée que la technologie rend de plus en plus possible le contrôle horizontal entre les humains par la surveillance, ce qui serait un mal. Et c’est quelque part surprenant de sa part. En effet l’anonymat permet l’épanouissement de toutes sortes de comportements anti/a-sociaux. Il permet aux riches de cacher leurs gains, d’echapper aux impots. Il permet la conspiration des élites contre le peuple. Et même dans les utopies qu’il décrit, l’anonymat est l’ennemi: Dans l’île de Javeau-Doux par exemple, les camarades qui ne font pas leur due sont expulsés. C’est un bon moyen de contrôle sociale, qui ne fonctionne que parce que ce que tu fais peut être observé par les autres. La transparence n’est un mal que lorsqu’elle est à sens unique. Lorsque la lumière ne brille que sur le peuple et que les élites restent dans le noir. La solution n’est pas le noir totale, mais la lumière partout. Éclairer les comptes bancaires de tout le monde. Éclairer les chambres où sont décidées les loies qui vont gouverner les hommes. Eclairer les rencontrer entre politiciens et hommes d’affaires. Etc… Une communauté ne vit que par les liens entre ses membres, et ces liens n’existe que par une connaissance mutuelle, un controle reciproque, une confiance née dans la lumiere.

En conclusion, une belle aventure et une belle réflexion d’anticipation sont gâchées les aprioris idéologiques de l’auteur. Il est possible qu’en réalité ce soit mes propres aprioris qui m’est gâche la lecture. Et peut-etre, probablement meme, que cette violence était une manière de pousser le lecteur à sortir de sa torpeur, un lecteur qui bien souvent aura baignée dans un moule idéologique similaire à celui dans lequel a grandi l’auteur et donc entrera plus facilement en resonnance avec sa rage. Mais quoiqu’il en soit cette négativité m’a pour ma part pesé.

End of summer sun… the best !

A slimy friend !

Powered by WordPress & Theme by Anders Norén